Partagez | .
 

 I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more || PV James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more || PV James   Lun 25 Mar - 18:34

I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more...


Le retour jusqu'à notre chambre se passa plutôt bien. Nous prîmes un taxi, apparemment James avait décidé qu'il avait trop bu pour se mettre derrière le volant. Et moi... On n'en parlait même pas. J'étais dans un état catastrophique, j'avais rarement été aussi bourré qu'à cet instant. Je me souviendrai toujours de ma première cuite, le moment où James tentait de me convaincre que ça irait mieux une fois que j'aurais vomis, malheureusement je n'en avais jamais été capable et j'avais été insupportable toute la soirée. A courir, raconter des conneries, rire pour rien... Heureusement, James ne m'avait pas quitté d'une seconde.

Le voyage en taxi me sembla durer des heures, il faut dire que je commatais un peu pour le coup. Je repensais à cette soirée, me disant qu'elle avait à la fois un bon côté et un mauvais. Le mauvais était bien sûr ce mec sorti de je ne sais où, avec qui James avait eu le même comportement qu'avec moi. La jalousie avait été insupportable à tel point que je m'étais non seulement blessé à la main et qu'en plus j'avais bu un nombre incalculable de verre. Et que je m'étais porté volontaire pour me faire casser la gueule. Pathétique, oui. Mais je n'y pouvais rien, j'étais fou amoureux de Calvin et je ne supportais pas qu'on s'approche de lui. Comment diable pouvait-on tomber amoureux aussi fort d'une personne sans qu'elle ne le remarque? Ça me tuait, littéralement...

« Heureusement qu’on est dimanche demain. On pourra se reposer ! »

« Oui vraiment... Heureusement que mes parents ne me voient pas dans cet état... Même avec toi à mes côtés, j'aurais eu droit au savon de ma vie... »

Mon meilleur ami avait d'ailleurs passé son bras sur mes épaules, et je le laissai faire volontiers. Ma tête retrouva le creux confortable de son épaule, et je me calai correctement contre lui, fermant les yeux quelques secondes. Je ne manquai pas le regard curieux du chauffeur de taxi, mais encore une fois n'y prêtai pas la moindre importance pour une seule seconde. Le lien qui nous unissait James et moi était incompréhensible si on ne nous connaissait pas. Ainsi blotti contre lui, je me sentais vraiment bien et j'aurais pu rester dans cette position pendant des heures sans m'en lasser une seule seconde. Mais malheureusement nous finîmes par arriver devant l'université. James paya le taxi et en sorti, alors que je l'imitai après avoir fait une petite grimace de protestation. J'aurais aimé payer le taxi moi, mais je trouverai bien une autre manière de le rembourser...

Alors que nous entrions dans l'université dans le but de rejoindre notre chambre, mon coloc et meilleur ami se mit soudainement à rigoler, ce qui m'intrigua énormément. Etait-il en train de perdre la tête? Mais j'adorais toujours autant son rire, il eut même le mérite de me faire sourire. Me tournant vers lui, j'arquai un sourcil avant de demander, avec un petit sourire malicieux

« Ça y est c'est officiel? T'es devenu complètement timbré? »

Maintenant que le gros de l'alcool était passé, je me sentais un peu mieux. Mais j'allais avoir une gueule de bois terrible demain matin... Heureusement que nous étions dimanche oui, comme l'avais dis James il y a quelques instants. Cherchant mes clés dans ma poche de veste, je finis par la dénicher et ouvris la porte de notre chambre. J'adorais cet endroit, celui qui nous était réservé à James et à moi... Notre petit jardin secret en quelque sorte. Jamais personne mis à part nous n'y était entré. Respirant le mélange de nos parfums, je souris avant de laisser entrer James à son tour et de fermer la porte derrière lui. Soupirant, je fis quelques pas pour me laisser tomber sur mon lit, moins proche de la porte que celui de James.

« Bon sang quelle soirée... »

Soupirant, je me poussai un peu sur le côté en enlevant mes chaussures, pour faire une place à James. J'avais envie qu'il vienne près de moi un petit moment, même si nous nous couchions dans quelques instants. J'avais aussi envie de lui demander qui était ce garçon, mais je n'avais pas le courage de le faire maintenant. Trop douloureux. L'observant longuement, je ne pus m'empêcher de le couver du regard, comme j'avais l'habitude de le faire lorsqu'il ne me regardait pas. Encore que là il croisa mon regard, ce qui me gêna légèrement. Détournant le regard, je fermai ma jaquette machinalement avant de croiser mes bras sur ma poitrine.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more || PV James   Lun 25 Mar - 20:42





« I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I'll love you for a thousand more »

« Micah & James »


« Nous entrions dans notre chambre, non pas sans faire de bruit. Personne ne dirait rien. Beaucoup étaient absent des dortoirs, et les autres dormaient surement à point fermés. Micah m’avait indiqué que je devenais complètement cinglé, alors que nous étions encore dehors. Je lui avais juste répondit par une grimace, et nous étions monté. Et là, que nous étions arrivé dans la chambre, Micah ne tarda pas. Il se jetait déjà sur son lit, tandis que j’enlevais ma veste et mes chaussures. Pendant ce temps, il commentait la soirée en supposant qu’elle était assez… détonante. J’étais d’accords, ce n’était pas à ça que je m’attendais. Je voyais mon meilleur ami se pousser un peu sur le côté de son lit, et je savais très bien ce que ça voulait dire. J’allais le rejoindre, quand je vis son regard sur moi. Je rigolais légèrement, puis allais m’allonger très proche de lui. Pas le choix, c’était un lit d’une place après tout. J’aimais sa façon qu’il avait eut de me regarder, et je ne tardais pas à lui faire savoir. Ainsi, je déposais un rapide baiser sur sa joue, tandis que je me mettais sur le côté pour pouvoir le regarder.

« Ce soir, je dors avec toi ! Parce que, je veux pas dodo tout seul, tu comprends… »

Et cette fois, on échangeait les rôles. C’est moi qui devenais l’enfant, et lui le parent. C’était rien qu’un prétexte pour dormir avec lui en réalité, car je n’attendais vraiment que ça. Je voulais me coller à lui, jusqu’à ce que chaque parcelle de ma peau rentre en contact avec la sienne. Peu importe s’il remuait un peu trop en dormant, peu importe s’il me donnait des coups parfois. Parce que je le connaissais que trop bien Micah. Je savais parfaitement comment il était en dormant. Et encore, j’avais découvert pas mal de chose dans cette chambre. En plus de frapper et de bouger un peu trop, le jeune homme parlait aussi ! Il murmurait des phrases incompréhensibles, et j’avais même quelque fois entendu mon nom. Et ça m’avait soulevé le cœur même, mais j’avais essayé de me convaincre qu’il était surement en train de rêver de moi en train de boire un peu trop de vodka. Histoire de ne pas me faire de faux-espoirs. Je n’avais clairement pas besoin d’en rajouter.
Bref, tout ça pour dire que peu importe ce que je devrais subir, je voulais dormir avec lui. Et un non de sa part n’était pas même accepté, puisque c’était déjà trop tard. En plus vite que pour le dire, j’avais déjà enlevé mon tee-shirt, ainsi que le reste de mes vêtements pour être seulement en boxer. Le champagne m’aidait encore à être décomplexé par rapport à mes sentiments envers lui, et j’étais fier d’exposer mon corps devant lui. J’espérais… J’en sais rien. J’espérais juste qu’il me voit comme un beau garçon avec un beau corps. Parfois, j’aurais voulu souhaiter ce qu’il en serait advenu si nous n’étions pas meilleurs amis. J’aurais certainement osé faire le premier pas, mais lui ?


« De toute façon, tu as pas le choix. Je suis déjà en boxer dans ton lit ! »

Comme si c’était indispensable de le préciser, vu que ses yeux étaient en bon état. Je me retournais vers lui, un sourire satisfait sur le visage. J’obtenais toujours ce que je voulais de toute façon. À part lui évidemment. Et qu’il s’estimait heureux ! D’habitude, je dormais nu dans mon lit. Je lui avais déjà évité ça. En vérité, je m’estimais déjà heureux de ne pas être trop excité à la pensée de dormir avec lui. Mon boxer pourrait laisser paraître cette bosse qui serait extrêmement gênante pour le coup. Je devais garder mon calme à propos de tout ça, et envisageais ça comme une simple nuit avec un copain. Seulement, je ne pouvais pas m’empêcher de penser à son corps chaud contre le mien. À son souffle glissant sur ma joue. À ses jambes s’entremêlant sans le vouloir aux miennes. Tant de choses qui me faisaient déjà envie. Je décidais de lui tourner le dos, au cas où mon excitation serait trop évidente, et de regarder dans mon téléphone. Je voulais juste paraître occupé, histoire de calmer cette tension sexuelle qui n’existait que de mon côté. Il fallait que je me reprenne, bon sang ! »


(c) Spinelsuns
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more || PV James   Lun 25 Mar - 21:17

I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more...


Je fus soulagé de voir que James ne refusait pas mon invitation à venir s'installer dans mon lit, malgré le regard qu'il avait capté. Habituellement je le regardais de cette manière lorsqu'il dormait ou lorsqu'il était concentré sur quelque chose. Il fronçait toujours les sourcils et avait cette ride qui apparaissait entre les deux. Mais non, mon meilleur ami me surprit une nouvelle fois et rigola, avant de venir s'installer à mes côtés. Je lui fis un petit sourire et me détendit presque immédiatement lorsqu'il fut à mes côtés. Dieu sait que j'aime cette proximité... Il me déposa un baiser sur la joue qui me fit rougir, mais étant déjà rouge avec l'alcool cela passa inaperçu. Heureusement... Je me contenait bien moins lorsque j'étais saoul apparemment...

« Ce soir, je dors avec toi ! Parce que, je veux pas dodo tout seul, tu comprends… »

Éclatant de rire, je secouai doucement la tête de gauche à droite. C'était habituellement moi qui sortait ce genre de phrases et qui allait squatter dans son lit, et voilà que les choses étaient brusquement inversées. Mais cela ne me dérangeait pas non, bien au contraire. Pourtant il faut dire que je n'étais pas le plus paisible des hommes lorsque je dormais... Je bougeai énormément, à tel point qu'il m'était arrivé plus d'une fois de tombé de mon lit, ou de retrouver ma couette par terre et mon coussin de l'autre côté de la pièce... Et il paraît que je parlais aussi. Ça par contre c'est James qui me l'avait appris lorsque nous avions commencé à dormir ensemble. Mais je n'avais jamais eu le sommeil très tranquille, lorsque j'étais petit j'étais somnambule aussi. Ma mère m'avait retrouvé une fois couché paisiblement dans mon armoire, je ne vous raconte pas la scène.

Mais je n'eus même pas le temps de répondre à mon meilleur ami, puisque celui-ci commença à se déshabiller plus vite que son ombre. Bien plus vite qu'il s'habillait le matin pour aller en cours en tout cas. Cela me fit rire une nouvelle fois, bien que je profitai allègrement de la magnifique vue que m'offrait ma position. Son corps était sublime oui, et j'en étais dingue. Je ne manquais jamais une occasion de l'observer dès que j'en avais la possibilité, même une fraction de seconde. Contrairement à son visage, je ne le connaissais pas par coeur. Mais bon j'avais comme excuse le fait que je le voyais bien moins souvent de toute manière.

« De toute façon, tu as pas le choix. Je suis déjà en boxer dans ton lit ! »

« Oui je vois ça » dis-je en rigolant.

Dommage qu'il ne soit pas entièrement nu dans mon lit, on aurait trouvé d'autres activités à faire que dormir... Mais passons, bon sang reprends toi Micah qu'est-ce qui t'arrive? Je décidai donc de me déshabiller à mon tour, histoire de me retrouver une contenance. Enlevant mon pantalon, ma jaquette et mon t-shirt, je me retrouvais à mon tour en boxer dans mon lit. James m'avait tourné le dos mais tant pis, je me glissai sous la couette en prenant bien soin de le recouvrir lui aussi. Ayant une soif abominable, je bus une longue gorgée d'eau d'une bouteille qui se trouvait toujours sur ma table de nuit. Puis, après avoir consulté mon téléphone portable, je me tournai à mon tour sur le côté, face au dos de James.

Repensant à plusieurs moments que nous avions vécu tous les deux, je laissai un de mes doigts redessiner doucement sa colonne vertébrale pendant quelques minutes. Ce geste ne me paraissait pas bizarre, il était tout à fait normal dans notre relation. Et cela me permettait d'avoir un contact supplémentaire avec mon sexy meilleur ami. Puis, au bout de quelques secondes, je me collai tout simplement à lui, passant un bras sur son torse. Mon visage alla se caler dans sa nuque, après que je lui ai déposé un baiser dans le creux de son cou. Bordel ce que je l'aimais ce mec... J'aurais aimé pouvoir l'embrasser autrement, longuement et passionnément... Comme je l'aimais d'ailleurs. Je l'aimais depuis ce qu'il me semblait être des centaines d'années, et je savais parfaitement que je l'aimerais pour des centaines supplémentaires...

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more || PV James   Mar 26 Mar - 19:04





« I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I'll love you for a thousand more »

« Micah & James »


« Je m’étais tourné, et pourtant je savais très bien qu’il était en train de se déshabiller à son tour. Je me mordais discrètement la lèvre, regrettant amèrement de m’être tourné quelques secondes plus tôt. Son corps c’était… En vérité, aucun mot n’était assez fort pour définir cette perfection. Il avait beau ne pas être le plus musclé des hommes, son corps me provoquait des effets vraiment dérangeant par moment. Je refusais cependant d’y penser en ce moment, et j’étais finalement peut-être content de ne pas voir vu dessus. Autant éviter de lui montrer que j’aime ça plus que de raison. Il se glissait rapidement sous la couette de toute façon, me recouvrant au passage. Je posais alors mon téléphone, mais ne le regardait pas pour autant. Je devais chasser ces idées malsaines de la tête, ces idées beaucoup trop perverses. Ça me rendait mal à l’aise à l’idée même de m’imaginer en train de lui caresser le corps tout entier. Même si ce n’était pas forcément sexuel, j’avais juste envie d’avoir ce contact entre ma peau et la sienne lors d’un câlin plus rapide et plus passionné que d’habitude. Je le sentais alors se retourner vers moi, et je ne bougeais pas d’un poil. Je laissais juste ma tête tomber sur l’oreiller, en même temps que je sentais le doigt de Micah le long de ma colonne vertébral. Je frissonnais, alors que ce n’était pas la première fois qu’il faisait ça. C’était juste plus fort que moi. J’étais là, dans son lit, presque nu à éviter de toucher son corps malgré la forte envie qui me tuait. Je le laissais faire, appréciant chaque mouvement de son doigt. Il ne tarda pas à en faire plus, et j’avais du mal à me dire que ce n’était surement qu’à propos de l’alcool. Nous étions proche, mais pas à ce point. En effet, il venait de coller son torse à mon dos et de passer son bras sur mon torse, comme pour m’enlacer. Pire, son visage venait se loger dans le creux de mon cou. Il y déposait même un baiser. Je sentais simplement mon cœur lâchait. Les papillons dans mon ventre ne savaient même plus où donner de la tête. Certains devaient être en train de danser la zomba, tandis que d’autres se suicidait sous la tension. J’étais tellement incertain à propos de tout ça. Je ressentais tellement de sentiments. L’amour en premier lieu, mais aussi un incroyable sentiment d’égoïsme. Était-ce juste de profiter de lui ainsi ? De lui cacher la vérité pour avoir encore ces moments si spéciaux à mes yeux ? Et avouons-le, des moments vitaux…
Comme pour répondre à son baiser dans le cou, je pris sa main dans la mienne et allais la coller à mes lèvres, où je lui déposais un rapide baiser. Je gardais sa main dans la mienne. Je ne savais pas vraiment si c’était l’intimité du moment, mais je me sentais un peu plus autorisé que d’habitude à laisser exprimer ces gestes trop explicites.


« J’aime bien dormir avec toi, je me sens mieux que quand je suis seul… »

Je n’avais pas utilisé ma voix d’enfant en disant ça. C’était plus une révélation qu’autre fois. Depuis la découverte de mes sentiments amoureux pour Micah, je ne me sentais plus très bien dans un lit seul. C’était comme s’il manquait la moitié de mon corps, comme si elle était dans le lit d’à côté. C’était stupide, sans doute. Quoiqu’il en soit, dormir avec lui me donner la certitude que je n’aurais cette impression et que je me sentirais totalement à l’aise. C’était rassurant de se dire qu’au réveil, ses bras seraient là. Façon de parler, puisque je ne pouvais tout de même pas abuser de ces gestes. Je ne voulais pas qu’il se doute de quelque chose, même si j’étais persuadé que mon secret serait avoué un jour. C’était ça, ou me torturé en silence. Et je refusais de vivre ça encore longtemps. Je me mis alors à tourner vers lui, lâchant sa main au passage, mon visage se trouvant alors à quelques centimètres du sien seulement. J’espérais qu’il ne dormirait pas de suite, même si la soirée avait dut le fatiguer. Je lui fis mon beau sourire, celui qu’il adorait avec mes petites fossettes. Ce n’était pas un sourire forcé, jamais avec lui. Cependant, je perdais vite ce sourire. Ce que j’allais dire n’avait rien de joyeux.

« Tu sais, pour la fille en boite… Je suis encore désolé. C’était méchant de te dire ça, et il y avait pas trop de raison. Tu as le droit de parler à qui tu veux. »

C’était pas vrai, il n’avait pas le droit. Cependant, je ne voulais pas passer pour le méchant meilleur ami totalement possessif, même si c’était surtout la partie amoureuse de lui qui me faisait agir comme ça. Ce que je cherchais en disant ça, c’était qu’il me dise que cette fille n’était rien de toute façon. J’avais une petite boule au ventre soudainement. Micah n’avait encore jamais ramené de filles ou de garçons ici. On s’était promis à notre arrivé que quand l’un aurait un plan d’un soir, l’autre ne rentrerait pas de la soirée. J’avais fait cette promesse en l’air, puisque le seul qui m’intéressait était forcément ce crétin. Mais lui finirait bien par ramener quelqu’un. Et ce jour-là, j’aurais trop mal pour arriver à m’éclipser toute une soirée. Comme pour calmer cette idée nuisible, j’allais de nouveau attraper sa main, et la tenais. Je n’entrelaçais pas mes doigts aux siens, même si l’envie était là. C’était sans doute trop pour paraître innocent. »


(c) Spinelsuns
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more || PV James   Mar 26 Mar - 20:09

I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more...


James ne me repoussa pas et ne sembla pas dérangé le moins du monde par mes accès de tendresse à son égard. Et s'il l'était, il ne me repoussa pas en tout cas. Nous étions proche oui, mais pas autant que maintenant. J'avais franchi une limite, mais je l'avais malheureusement réalisé trop tard. Mais tant pis, j'étais bien à cet instant et c'était tout ce qu'il comptait à mes yeux. Et même lorsque je passai ma main sur son ventre après m'être collé contre lui il ne bougea pas, bien au contraire. Il se saisit même de ma main pour la prendre dans la sienne et y déposa un baiser qui me fit sourire tendrement.

« J’aime bien dormir avec toi, je me sens mieux que quand je suis seul… »

Souriant à nouveau, je calai plus confortablement mon front contre sa nuque. Il n'avait pas joué au petit enfant en prononçant ces quelques mots, et je savais qu'il était donc sincère. C'était agréable de l'entendre dire cela, cela signifiait que ma présence à ses côtés lui faisait du bien et lui était donc agréable. Comme elle l'était pour moi. Et puis moi aussi je me sentais bien mieux lorsqu'il était dans mon lit, ou à mes côtés dans le sien. J'avais toujours l'impression qu'il me manquait quelque chose, et je me sentais bien moins paisible lorsque James n'était pas à côté de moi. Je savais que c'était immature mais je n'en pouvais rien, les nuits où je me sentais le plus seul je me retrouvais très souvent à serrer mon coussin dans mes bras. Et c'était dans cette position que je me réveillais. Cela faisait beaucoup rire mon meilleur ami, mais je me disais quelques fois que cela le ferait beaucoup moins rire s'il savait les raisons de cet acte involontaire. Sa présence me manquait jusque dans mon sommeil, c'était assez fou quand on y pensait.

« Moi aussi. J'aime quand tu es avec moi... » avouai-je à voix basse.

Spoiler:
 

Quelques secondes passèrent avant que James ne se retourne vers moi pour me regarder. Regrettant quelques instants la proximité que nous avait offert cette position, je dus me concentrer sur les mots qu'il disait puisque son visage était brusquement à quelques centimètres du mien. Sans compter qu'il m'offrit son sourire juste incroyable, celui avec les fossettes qui m'empêchait de respirer quelques instants tellement j'en avais le souffle coupé. Mais son sourire s'effaça bien vite, tellement vite que je me demandais ce qui pouvait bien se tramer dans sa petite tête. James était plutôt du genre à nous surprendre à longueur de temps, en bien ou en mal. C'était ce qui lui donnait sa petite particularité, même si cela pouvait se révéler assez déstabilisant quelques fois. Mais encore une fois, je l'aimais comme il était et jamais je ne changerais la moindre chose chez lui.

« Tu sais, pour la fille en boite… Je suis encore désolé. C’était méchant de te dire ça, et il y avait pas trop de raison. Tu as le droit de parler à qui tu veux. »

La fille... Je l'avais oubliée celle-là tiens. Je l'avais plantée comme ça et elle ne m'avait pas revu une seule seconde depuis cet instant. Je n'aimais pas trop traiter les gens de cette manière, non pas parce que j'accordais de l'importance à cette fille, mais c'était une question de principe. Mais bon, je ne l'avais jamais vue jusqu'à maintenant et je ne la reverrai très certainement jamais alors bon. Haussant les épaules, je fis une petite moue. Je ne savais pas trop quoi dire en fait. Je me demandais brusquement pourquoi il avait réagi aussi brusquement et sèchement. D'accord il était imprévisible, mais pour le coup c'était vraiment étrange. L'observant longuement et attentivement, je repris enfin la parole.

« Bah, c'est pas trop grave. De toute manière cette fille je l'ai laissé m'approcher juste parce que tu avais besoin d'air. J'aurais préféré danser avec toi... »

C'était vrai et j'espère qu'il le savait. Si c'était pas le cas j'étais content de le lui avoir précisé. Reposant ma tête sur mon oreiller, je le regardais toujours en réfléchissant à si c'était une bonne idée de poser la question qui me brûlait les lèvres. Mais après tout, si la question le gênait il pouvait très bien la dévier ou l'esquiver... Ce fut pour cette raison que je décidai de la lui poser, ayant cependant peur qu'on se dispute une nouvelle fois et qu'il finisse par quitter mon lit pour retrouver le sien.

« Mais pourquoi t'as réagi aussi mal? J'ai dis ou fait quelque chose qui t'a blessé? »

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more || PV James   Mer 27 Mar - 8:47





« I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I'll love you for a thousand more »

« Micah & James »


« Je le laissais répondre sans sourciller. À vrai dire, c’était surtout le principe. Cette fille n’était même pas une réelle concurrente. Mais je ne voulais passer après personne. Je voulais être le premier dans la liste de Micah. Dans toutes ses listes. Pour autant, je ne voulais pas qu’il le sache. J’étais déjà assez possessif avec lui, et mon comportement de ce soir n’avait pas aidé. J’étais heureux de voir qu’il n’avait pas rebondit sur mes paroles jusqu’à maintenant. Au contraire, quand il me dit qu’il aurait préféré danser avec moi, je retrouve mon sourire avec les fossettes qui vont avec. Je ne répondis rien, j’imaginais que ce sourire voulait déjà en dire beaucoup. Malheureusement pour moi, il n’en eut pas fini. En effet, il me posa cette question que je redoutais. Pourquoi j’avais réagit ainsi. Je perdais de nouveau mon sourire, réfléchissant à ce que je pourrais bien inventer cette fois-ci. Ça me tuait à chaque fois, de devoir lui mentir ainsi de peur de sa réaction. Heureusement, j’étais particulièrement bon à ça. L’expérience, sans doute.

« Non non. En fait, ça m’énervait juste de voir que tu avais déjà dégoté quelqu’un alors que moi j’étais encore seul ! »

J’avais dis ça sur un ton plutôt enjoué, pour passer pour de l’humour. J’espérais surtout qu’il se contenterait de cette réponse merdique. Je savais très bien pourquoi j’avais réagis de la sorte, je n’étais juste pas disposé à lui en parler maintenant. Je décidais par moi-même de passer à autre chose, en partie du moins. Ça restait dans le même genre de sujet, mais on s’éloignait de ce soir déjà. Comme pour garder une certaine complicité entre nous, malgré la discussion qui me torturait franchement le cœur, je serrais un peu plus sa main. J’avais tellement peur que ça dérape et qu’on finisse chacun dans son lit. Pour une fois, j’avais la chance de dormir à ses côtés et j’attendais ça avec impatience. Bien sûr, j’espérais que quand ça arriverait, on serait en couple. Mais ça, c’était comme croire à la vierge marie.

« D’ailleurs, ça se passe comment ta vie amoureuse ? Je veux dire, t’as quelqu’un en vue ? Parce qu’on en parle pas trop… »

Heureusement qu’on en parlait pas énormément. Je n’aurais pas supporté de l’entendre me dire qu’il avait embrassé telle personne la veille, et qu’il avait rendez-vous avec telle personne le jour-même. C’était pourtant la question que je lui posais en ce moment même. J’étais sans doute stupide, mais j’avais malgré tout envie de savoir. S’il voyait quelqu’un, alors ça serait une raison de plus d’arrêter de m’accrocher à ce rêve idiot de l’avoir auprès de moi en tant que petit-ami. C’était sans doute très idiot, mais à son arrivée ici, j’avais pas mal déraillé. J’étais perdue concernant mon amour pour lui, et j’avais fait une genre de liste. J’avais fait une liste de pour, et une liste de contre. Et je mettais ce qui m’incitait à m’accrocher à lui, ou ce qui me disait clairement d’arrêter. Et les contres l’emportaient clairement. Cependant, je ne pouvais me résigner à écouter cette stupide liste. Je m’étais dis que, quand le nombre de contre serait le double des pours, alors ma décision serait prise. En attendant, je continuais à la remplir consciencieusement, et la rangeais toujours au même endroit, sous mon matelas. Une cachette idéale, vu qu’il ne fallait surtout pas que Micah la voit. Je reprenais mes esprits, me reconcentrant sur son regard perçant. J’attendais toujours sa réponse, plutôt angoissé par ce qu’il pourrait me dire. Et j’essayais déjà de réfléchir à ce que je pourrais dire, s’il me renvoyait la question. »


(c) Spinelsuns
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more || PV James   Mer 27 Mar - 20:45

I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more...


Monsieur Fletcher décida de m'éblouir une nouvelle fois avec son sourire de ouf, celui avec les fossettes. Je ne pus m'empêcher de sourire à nouveau tendrement en le voyant faire, encore une fois. C'est fou comme je n'arrivais pas à dominer complètement toutes mes réactions lorsque j'étais avec lui. Habituellement j'avais une totale et complète maîtrise de moi, que ça soit au niveau de la visibilité de mes émotions, mes réactions ou les mots que j'employais. J'avais une énorme maîtrise de moi oui, mais avec James c'était complètement impossible. Peut-être cela venait-il du fait que je me sentais parfaitement bien avec lui et que je n'avais pas besoin de faire semblant de quoique ce soit.

« Non non. En fait, ça m’énervait juste de voir que tu avais déjà dégoté quelqu’un alors que moi j’étais encore seul ! »

Ah... C'était donc ça. Une grosse douche froide s'abattit sur ma petite personne et je ne pus m'empêcher de ressentir un petit pincement au coeur. Non seulement il pensait que j'étais sérieux avec cette nana, mais en plus il aurait aimé trouver quelqu'un avant moi. Il avait donc instaurer une espèce de compétition entre nous? C'était plutôt malsain à mes yeux, même si c'était certes très courant chez certains potes. Mais bon nous nous n'étions pas de simples amis, on était meilleurs amis, inséparables, confidents et tout ce qu'on veut... Enfin, tout sauf ce que je veux, mais passons. Pour toute réponse et ne pas laisser entendre quoique ce soit, je levai les yeux au ciel en faisant de mon mieux pour avoir l'air amusé. Je ne prononçai aucun mot de peur d'entendre ma voix trembler. J'espérais juste que James ne trouverait pas cela très bizarre et étrange.

De toute manière, il enchaîna avec une certaine rapidité sur une autre question, très certainement histoire de changer de sujet. Mais une question un peu étrange elle aussi pour le coup...

« D’ailleurs, ça se passe comment ta vie amoureuse ? Je veux dire, t’as quelqu’un en vue ? Parce qu’on en parle pas trop… »

Wow. Qu'est-ce que je pouvais répondre à cela? "Bah écoute, c'est bien que t'en parle parce que je suis complètement dingue de toi et ça m'arrangerait que tu le sois aussi". Pas sûr que cela soit la réponse qu'il attende vraiment. Et puis ma vie amoureuse n'existait pas de toute manière. Et elle n'existerait très certainement jamais puisque la personne que j'aimais à en crever semblait ne pas ressentir une seule once d'amour pour ma petite personne. Mais je ne pouvais décemment pas lui répondre ça, je crois qu'il me capterait immédiatement. Il me fallait donc une réponse qui lui dirait des choses sans pour autant tout lui dire. Mais je n'étais pas le roi du tact, alors je crois que quelques secondes passèrent avant que je ne puisse lui répondre.

« Ma vie sentimentale est aussi désert que le désert de Gobi... Et toi? » avouai-je à voix basse.

La question était innocente et avait tout à fait le droit d'être retournée vu qu'il m'avait posé la question en premier. C'était donc tout à fait normal que je la lui pose à mon tour. D'autant plus qu'il n'était jamais revenu dans notre chambre avec un de ses conquêtes depuis que nous étions là. Malgré la promesse que l'on s'était faite de déguerpir lorsque l'autre raménerait quelqu'un dans notre chambre. Mais ce n'était jamais arrivé à ma connaissance. Heureusement d'ailleurs, parce que je sais pas comment je l'aurais vécu. Très mal oui, très certainement. J'étais fou amoureux depuis un sacré moment maintenant...

« Je crois que je ne t'ai jamais vu avec un mec. Enfin, faire autre chose que danser ou flirter... »

L'ombre de ce mec plana dangereusement sur nous avant de s'envoler à nouveau. Mais c'est vrai James était tellement discret sur sa vie sentimentale... J'en venais même à me demander s'il n'était pas encore vierge. Mais jamais je n'oserais lui poser la question je crois. Personnellement il connaissait déjà ma réponse puisque je lui avais fait part de ma première fois. Avec une fille à l'époque, je n'ai encore jamais couché avec un garçon... Et cela aussi il le sait.

© MISE EN PAGE PAR TAZER.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more || PV James   Jeu 28 Mar - 5:31





« I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I'll love you for a thousand more »

« Micah & James »


« Je réfléchissais toujours à la réponse idéale quand il allait me renvoyer la question. En réalité, je n’avais même jamais couché avec un garçon. Je n’avais jamais vraiment été le spécialiste des relations amoureuses, et je n’avais jamais été au bout de mes relations d’un soir. C’était sans doute un peu trop cliché, mais je voulais que le premier soit important. Et la personne la plus importante était Micah. Seulement, d’ici à ce qu’il couche avec moi, j’avais le temps d’apprécier ma virginité. Mieux que ça, je resterais surement vierge jusqu’à ma mort. Ça serait plutôt drôle, comme anecdote à raconter au voisin dans 50 ans. Dans tout les cas, il m’avoua que sa vie sentimentale était réduite à néant, ou aussi désert que le désert de Gobi. Je rigolais, relâchant mes muscles du même coup. C’était clairement égoïste, mais j’étais heureux de savoir qu’il n’avait personne dans sa vie. C’était comme si j’avais encore toutes mes chances, malgré que je savais pertinemment que non. Comme attendu, il me renvoya la question, et je fis mine de réfléchir quelques instants, comme si j’étais en train de chercher le nom de ma dernière conquête. Quand j’ouvris la bouche, je fus stoppé par une remarque de sa part, m’assurant qu’il ne m’avait jamais vu avec un garçon. Il précisa, jamais vu faire autre chose que flirter ou danser. Une idée me vint soudain à l’esprit, pour me donner une certaine crédibilité de dragueur. Je ne voulais pas passer pour un garçon pas sûr de lui face à Micah. Je devais toujours l’impressionner, lui montrer ma supériorité face aux autres garçons qu’il pourrait rencontrer. Cependant, j’étais loin d’être supérieur aux autres en réalité.

« Parce que tu crois réellement que les autres choses, je les fais devant toi ? Non non monsieur, je ne fais pas ce genre de choses en public, tout simplement… »

J’affichais un sourire satisfait, comme pour appuyer mes propres paroles. Après tout, ce n’était qu’à moitié faux. Je ne ferais jamais rien devant lui si jamais ça devait arriver. Par contre, ce que j’avais oublié de préciser, c’est que ça n’était vraiment jamais arrivé. Et ça n’arriverait probablement jamais de toute façon.
Je tenais toujours sa main dans la mienne, et je décidais de quitter ce rôle de Don Juan à 4 sous, voulant ainsi changer de sujet. J’avais la chance d’être dans le même lit que l’homme de ma vie, il fallait donc ne pas s’aventurer en terrain miné. Cependant, chaque regard me trahissait encore un peu plus. Je restais bloqué sur ses yeux magnifiques, puis sur ses lèvres si bien dessinées, pour enfin que mes yeux descendent le long de son torse jusqu’à ce que ce dernier disparaisse sous les couvertures. Je n’étais pas spécialement porté sur le sexe. J’étais porté sur Micah, et son corps de rêve ne m’aidait pas à garder des idées chastes. Je revenais vite à moi cependant, bien que cette petite aparté sur son torse et sur ce qu’il pourrait y avoir plus bas m’avait provoqué de sérieuses réactions au niveau de l’entrejambe. J’étais rassuré d’avoir la couverture sur moi, et qu’ainsi il ne verrait rien. C’était tellement dur, de ce dire qu’il n’était qu’à quelques centimètres de moi, et que je me retenais malgré tout d’être trop proche. Et puis, là ce n’était même plus envisageable. Avec ce qui venait d’arriver à mon entrejambe, un seul câlin me trahirait complètement. Cependant, l’envie était bien présente. Je voulais être proche de Micah, et oublier un peu ces peurs incessantes. Ainsi, ma main serra un peu plus la sienne, et j’approchais mon visage du sien pour lui déposer un long baiser sur sa joue. Pas un baiser d’enfant cette fois cependant, un baiser un peu plus affectueux. Tellement affectueux que ça me fit mal au cœur. C’était tout ce que je pouvais espérer après tout. Un simple baiser affectueux sur la joue.

« On devait peut-être aller coucher. Cette soirée a été fatigante… »

Je fis mine de bailler légèrement afin de montrer ma fatigue inexistante. La sienne avait été fatigante de soirée. La mienne avait plus été totalement frustrante. Je lui fis un léger sourire, malgré tout. C’était plus une stratégie un peu facile pour ne pas avoir à le regarder dans les yeux plus longtemps. Pour avoir le droit de l’enrouler de mes bras aussi. Ah, et pour peut-être calmer mon excitation passagère. J’avais un énorme courage, de savoir contrôler mes pulsions. Si je m’écoutais, je serais déjà à califourchon sur lui en train de l’embrasser et peut-être même plus. Et peut-être même qu’il ne me rejetterait pas. Mais je n’avais pas le courage d’en être persuadé. On dit, qui ne tente rien n’a rien. Cette fois, je préférais ne rien tenter.»


(c) Spinelsuns
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more || PV James   

Revenir en haut Aller en bas
 

I have died everyday waiting for you... Darling don't be afraid I have loved you for a thousand years... I’ll love you for a thousand more || PV James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» i have died everyday waiting for you. Ethaniya & others.
» 05. What the hell are you waiting for.
» Alice Darling
» Roses are red, the sky is blue, oh my darling.. I love you... | Nausicaa.
» everyday i'm shuffling ♠ libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Everything Changes :: Columbia & New-York :: • Residences • :: Students' Residences-